Expat

Bilan après un an de PVT à Montréal

Un an, douze mois, 365 jours. J’ai vraiment du mal à réaliser : voilà ça fait un an que je me suis installée ici à Montréal. C’est sans aucun doute l’année de ma vie d’adulte qui a passé le plus vite ! Je me revois encore attendre à la douane, louper mon avion, chercher ma valise qui n’arrive pas, … Bon je te passe les détails que tu peux retrouver sur le bilan des deux mois et celui des six mois. Faisons le tour de ces nombreuses semaines écoulées.

Depuis le dernier bilan

  • Je n’ai rien sur le point de vue administratif à partager. Après 6 mois et un emploi stable, les démarches sont rares. En revanche, dès juillet je vais entrer dans une nouvelle étape d’expat avec le dossier de résidence permanente.
  • Je profite bien de l’assurance médicale collective de mon travail, alors oui c’est possible en PVT ! Mais à condition d’une prise en charge par ton entreprise des travailleurs étrangers temporaires, faut bien discuter avec les RH. Contrairement à mes collègues, je dois renouveller mon adhésion tous les 3 mois.
  • Après un an dans mon appartement, je déménagerais pour plus grand cet été. Bien sûr j’assume mon statut de maudit française et je reste sur Le Plateau. Et dans le même immeuble d’ailleurs lol !
  • J’ai fait ma première déclaration d’impôt canadienne, seule, gratuitement, en ligne et sans comptable. Ce n’était pas si effrayant que ce que tous laissent entendre. N’ayant qu’un seul contrat depuis mon arrivée, ma situation était plutôt simple. Ça vaut le coup de te faire aider si tu viens en couple, ou que tu as eu plusieurs jobs et parfois des statuts différents (travailleur autonome).

Du bonheur en pagaille

Je suis toujours convaincue du positif qu’apporte Montréal à ma nouvelle vie. Heureusement d’ailleurs que le PVT dure deux années car je n’aurais pas été incapable de devoir partir à ce stade de mon expérience. Mais dire avec certitude que je resterais tout ma vie au Québec, ça je ne sais pas. En tout cas, je n’ai pas envie de rentrer pour le moment.

Je suis arrivée ici pleine d’ambition avec le projet de recommencer ma vie professionnelle. Un an plus tard, avoir réussi en si peu de temps est, sans aucun doute, l’accomplissement dont je suis le plus fière. Puis, j’ai découvert un milieu qui m’était totalement inconnu. Si on m’avait dit que je ferais du marketing web et du contenu digital pour une équipe de sport, j’aurais sûrement explosé de rire sans y croire. Et pourtant dans un mois, je commence ma deuxième saison chez les Alouettes ! C’est M-A-L-A-D-E !

La qualité de vie et le pouvoir d’achat que j’ai retrouvé ici au Québec est incroyable, franchement ça change tout. Je suis sortie dehors prendre des verres et j’ai mangé au restaurant plus de fois en un an que toutes mes années à Paris ! Je parviens même enfin à économiser et à établir un projet d’acquisition immobilière, ce qui m’était irréalisable en France. Un T3 dans ma ville de banlieue peut être mais impossible pour une surface parisienne décente…

Les saisons au Canada offrent un panel d’activités infinies. J’ai grimpé sur tous les terrasses de la ville pour siroter des cocktails après le travail, j’ai survolé la ville en hélicoptère, j’ai flâné à vélo dans les chemins de nature de la région, j’ai marché des kilomètres sans avoir mal aux pieds le nez en l’air émerveillée. J’me suis crue en vacances en pleine ville à faire des barbecues au parc Lafontaine avec les copains une bière à la main. L’automne m’a époustouflé, j’en ai pris pleins les yeux de ses couleurs flamboyantes. Je me suis cru une vraie canadienne à faire du kayak sur un lac au pied d’un chalet en bois pendant la douceur de l’été indien. Impatiente, j’ai attendu la neige, l’hiver et je n’ai pas été déçue. Je confirme que je suis bien une fille du Nord ! Comme une enfant, tempête après tempête j’avais ce baume au coeur à chaque fois que je tirais mes rideaux le matin et que je découvrais la rue toute en blanc. J’me suis retenue de pleurer à la tombée de la nuit et devant l’illumination et les décos de Noël des rues de Québec. J’ai survécu aux -40C et je me suis surprise à si bien les supporter. Puis j’étais indéniablement la seule à pas chialer du « printemps ». Sans oublier ça juste en dessous, une vraie touriste !

Mais, il y’a un mais

Maintenant que je suis heureuse et bien plus épanouie (et que je vieillis aussi je pense), j’ai envie de voir ma famille, de partager mon quotidien avec eux et je ressens vraiment le manque de leur présence. Alors que toute ma vie, je m’engueulais avec ma mère et je trouvais que c’était mieux chez les autres. Lorsque je voyageais ou que m’installais quelque part, j’étais la première à dire « Oh non moi j’suis pas trop famille, ça me gène pas d’être loin ». J’ai le sentiment qu’un fossé se crée chaque jour entre ma vie, mes attentes, mes priorités, mes envies et celles mes amis en France. Comme si on avançait sur des chemins différents et pas au même rythme. Puis je sais pas toi, mais je me rends compte que je n’arrive plus à les updater autant que j’aimerais. Lorsque j’ai besoin de parler, je retrouve souvent à me dire « Mince, mais j’ai oublié de lui raconter ce qui s’est passé la semaine dernière, puis elle va rien comprendre si je lui parle de ça ». Papa, Maman (surtout Maman) qu’on se rassure je suis quand même bien entourée ici. J’ai certes rencontré peu de personnes sur place mais j’ai des collègues avec qui j’ai d’excellentes relations (#coeurcoeur, impossible d’être ami avec des Québécois que tout le monde dit…).

Le travail parlons en tiens ! Bon, j’avoue c’est pas facile tous les jours. Après des mois sans problème, j’ai fait face à mes premiers obstacles. Je me suis énormément remise en question, j’ai même hésité à partir et chercher autre chose, puis je me suis accrochée comme toujours. J’ai commencé à accepter que malgré tous les efforts du monde, je ne pouvais pas tout contrôler. Et ça, c’est un très grand changement… J’essaie de prendre du recul et ce qui vient au jour le jour.

S’expatrier est un moment excitant, effrayant et enrichissant. Mais partir seule est une réalité difficile que j’avais sous-estimé, et pourtant je suis indépendante (trop?) et mon installation était rapide. Je subis aujourd’hui beaucoup plus la solitude alors que ça ne me touchait pas avant et ailleurs. Je conseille aux futurs expatriés solos de ne pas hésiter à appeler leurs proches et leurs amis en France. Souvent j’écrivais des messages que je n’envoyais pas, je composais des numéros que je n’appelais pas par peur de déranger, d’ennuyer ou de mal calculer le décalage horaire. Du coup, des choses que je gérais émotionnellement en France m’ont parues insurmontables ici. (Oui comme toutes les meufs je parle d’un mec, pas de doute c’est international ça haha). J’ai cette ridicule habitude de ne jamais demander de l’aide, de faire face et de me persuader d’être forte en toute circonstance. C’est stupide ! Au final, c’est surement un mal pour un bien. Je suis devenue plus sensible, j’ai enfin retiré plusieurs couches de ma lourde carapace. Puis à quoi ça sert d’être bien et heureuse si il n’y a personne pour le partager avec toi ?

Cap sur 2019 !

Il y a peu on m’a demandé la chose de France qui me manque le plus, et j’étais incapable de lister quelque chose. Outre les détails affectifs mentionnés plus haut, j’ai aucun manque matériel ou même gastronomique. Je construis tous les jours de nouvelles habitudes qui remplacent les anciennes et je n’ai pas de sentiments de privation. Bon clairement, je ne dis pas non aux petites douceurs qu’on m’apporte ou qu’on m’envoie ! Puis, je me débrouille pour regarder les replays de « 66 minutes » et « Recherche appartement ou maison ». Et je peux trouver toutes les musiques et tendances françaises sur Spotify, ou tous les films en streaming.

J’ai quitté mon pays pour trouver un (nouveau) sens à ma vie, et c’est plutôt bien parti. J’invite encore et toujours ceux qui hésitent à se lancer. On a qu’une vie et elle passe franchement trop vite pour avoir des regrets.

Merci surtout à toi de me suivre ici, sur FACEBOOK et INSTAGRAM depuis plus d’un an. Merci de tes réactions, tes messages qui me font toujours plaisir. J’en profite pour dire que je reçois de plus en plus d’emails (presque 10 par semaine), que je réponds individuellement et personnellement à chacun donc parfois ça prend du temps. Tu peux également t’inscrire en dessous à la newsletter que je vais commencer à envoyer tous les mois! 

You Might Also Like

26 Comments

  • Reply Narjisse 3 mai 2018 at 16:46

    J’aime beaucoup cet article 🙂 On sent que tu y parles à coeur ouvert et tu partages ton ressenti qui semble très personnel voire intime, comme dans un journal.
    Je te rejoinds sur cette « solitude » que personellement je « surmonte » en gardant un contact régulier avec mes proches.

    • Reply Marine 7 mai 2018 at 03:25

      Merci Narjisse 😘
      Mon blog c’est un peu mon journal haha ! Je fais de mon mieux pour garder le contact aussi. Mais la vie est belle ces petits moments moins agréables sont vite comblés.

  • Reply Adélie 3 mai 2018 at 17:44

    Super article! (comme toujours)

    J’avoue que ce qui me fait le « plus » peur de partir c’est le lien avec ma famille et mes amis (je suis très très très famille), mais je prendrai conseil sur toi et je n’hésiterai pas à les appeler quitte à parfois un peu « déranger ». Ou alors j’écrirai des cartes postales! Tout le monde aime recevoir des cartes!

    J’ai bien reçu le lancement de ta newsletter dans ma boite mail, c’est une très bonne idée j’ai hâte de la lire le mois prochain!

    Et puis on se croisera peut-être à la fin de l’année sur Montréal ou au Canada en tout cas 😉 🙂

    Bonne continuation!

    • Reply Marine 7 mai 2018 at 03:28

      Salut Adélie,

      Merci pour ton message et ton soutien depuis le temps ! J’espère que la newsletter te plaira j’ai travaillé fort dessus depuis des mois.
      Je connais des personnes ici qui sont très famille aussi et dont les proches sont venus plusieurs fois leur rendre visite, et eux sont rentrés aussi dès qu’ils en ont eu l’occasion. J’imagine que le choc est plus brutal mais garde le lien tant que possible et peut-être prend une coloc moi je déteste mais c’est clair que la solitude est moins là !

      Bons préparatifs ça va arriver vite.

  • Reply Laure 4 mai 2018 at 19:16

    J’aime beaucoup ton article. Ayant mon PVT en poche j’arrive à Montréal dans 1 mois et demi… Cela n’a jamais été aussi près et je réalise que je pensais avoir le temps de pleins de choses et non… 😉

    Et la je commence à paniquer un peu car mon cv n’est pas finit, j’ai arrêté de regarder les annonces des apparts. D’ailleurs comment as tu trouvé le tien ?

    Et je ne me suis tjrs pas occuper de l’assurance et il va être grand temps que je le fasse. La pression monte et je commence à douter si j’étais prête. Mais si je ne le suis pas aujourd’hui je ne le serais jamais vraiment alors autant franchir le cap.

    • Reply Marine 7 mai 2018 at 03:32

      Salut Laure,

      Pas de panique mon blog est là ! 😂

      Pour te rassurer que tu es bien à jour dans les papiers ou te mettre un petit coup de pied aux fesses va voir LA CHECKLIST DU PVT
      Pour ton CV que tu as encore le temps de finir ou peaufiner sur place les premiers jours : CV CANADIEN
      Pour mon retour sur les premiers jours et l’installation : BILAN DES DEUX MOIS. Tu n’as pas besoin de chercher avant tu vas te stresser pour rien. Prends quelques jours en airbnb ou auberge et tu mettras les bouchées doubles sur les annonces sur place. |
      Pour l’assurance c’est ICI on rigole pas avec ça… Je suis très contente de Chapka qui m’a entièrement remboursé à ma seule utilisation.

      Allez bien sûr tu es prête !

  • Reply Laura 4 mai 2018 at 21:51

    Cet article est tellement réaliste haha ! Bon 1er anniversaire au Canada !

    • Reply Marine 7 mai 2018 at 03:33

      Merci Laura ! Contente de voir que je ne suis pas seule dans mes pensées ! 👊

  • Reply Nicolas 5 mai 2018 at 01:37

    Super article plein de d’analyses pertinentes. I feel you!

    • Reply Marine 7 mai 2018 at 03:33

      Merci Nico j’apprécie vraiment ton message 🙌

  • Reply Olaiba 5 mai 2018 at 08:59

    C’est touchant de lire ton histoire.. Et ca donne tellement envie ! J’arrive avec mon copain fin septembre pour un PVT et pour vivre une nouvelle aventure comme toi tu es en train de vivre. Par contre je te tire mon chapeau pour avoir sauter de pas en partant seule : je n’aurais pas pu, sans aucuns repères.
    Je te souhaite une belle poursuite dans ton PVT et pourquoi pas pour ta résidence permanente, profite de chaque instants !

    • Reply Marine 7 mai 2018 at 03:35

      Merci Olaiba pour ton gentil message plein d’affection. Je te souhaite une belle installation avec ton copain également.
      Y’a pas de raison ! À bientôt

  • Reply Maëva's Mapa Mundi 20 mai 2018 at 15:06

    C’est un très beau bilan, je viens juste de découvrir ton blog, mais j’espère te suivre assez longtemps pour lire ton prochain bilan!
    http://maevasmapamundi.com

    • Reply Marine 27 mai 2018 at 04:33

      Salut Maéva !

      Bienvenue ici, contente que tu aies atterri sur OFF TO MONTRÉAL.

  • Reply camille 4 juillet 2018 at 17:24

    j’ai eu l’impression que tu disais tout haut ce que j’avais en moi…. 1 an et demi pour nous et nous sommes venus en famille (9 et 5 ans) donc pas le même parcours et pourtant! de belles réussites… c’est une belle vie qu’on a ici on aime tellement. Merci pour ce beau récit 😉

    • Reply Marine 25 juillet 2018 at 04:14

      Salut Camille,

      Merci pour ton message bienveillant. Je suis contente de voir que je ne suis pas seule dans mes ressentis, bien que nos situations soient différentes !

  • Reply Jean.B 23 juillet 2018 at 08:01

    Bonjour, ce blog est très joli et bien fournis en informations et tips en tout genre 🙂 Merci pour ces partages.

    Je part quant a moi dans 1 mois sur un EIC avec un permis jeune pro en poche. Je m’intéresse en ce moment aux assurances PVT. j’ai lu en en-tête de ton article que tu as basculé sur l’assurance collective de ton employeur. Je compte faire pareil si l’occasion se présente (avec une prise en charge du rapatriement). Ma question: Comment as-tu pu te débarrasse de l’assurance PVT? Je cherche désespérément les clauses d’annulation de telles assurances. Sans succès.
    Merci et bonne continuation 🙂

    • Reply Marine 25 juillet 2018 at 04:25

      Salut JB,

      Merci pour ton message, très appréciable. Bon courage pour le départ.
      Même avec l’assurance de mon employeur j’ai gardé mon assurance PVT car aucune assurance ici ne te prend un rapatriement et c’est une clause obligatoire. J’ai pas cherché à tout pris à m’en débarrasser et en plus elle m’a remboursé des choses que l’assurance de mon employeur ne couvrait pas. C’était pas un critère de vouloir la retirer, je l’avais pris en compte dans mes frais et comme j’ai appris lors de précédent voyage q’on rigole pas avec la santé, je ne fais pas d’économie sur ça.

      • Reply Jean.B 27 juillet 2018 at 07:23

        Marine,
        Merci pour l’information, en effet, je n’avais pas compris ton commentaire sur l’assurance collective de ta société en ce sens. Je comprend donc que l’assurance de ton employeur est bel et bien en complément (et plus) de l’assurance PVT.
        Merci pour toutes les informations, je continue aiguiser mon point de vue avec les remarques pertinentes que tu fait a travers ton blog 🙂

        • Reply Marine 7 août 2018 at 05:32

          Merci JB. À plus tard ici ou ailleurs peut-être.

  • Reply Matthieu 20 août 2018 at 17:37

    Vraiment top ces ressentis, ces tips et ces infos sur la vie au Canada ! Hâte de pouvoir y aller à notre tour (inscrit dans le bassin depuis Janvier, c’est long d’attendre !)
    Bonne continuation et merci encore 🙂

    • Reply Marine 22 août 2018 at 03:28

      Salut Matthieu,

      Contente que tu aies apprécié mon article et les autres d’ailleurs! Bon courage à toi.
      Si c’est pas cette année ça sera la prochaine, une occasion de préparer à la lettre cette nouvelle aventure.

  • Reply IOAN 22 août 2018 at 04:59

    A la base je cherchais des infos sur Transferwise mais quoi qu’il en soit, la découverte de ton blog est une belle surprise.
    Je me retrouve plutôt bien dans ce que tu présente et décrit.
    A Montréal depuis un peu plus de 2 ans, j’adore cette ville, mon boulot … mais, il y a un mais …
    Donc bien que ma demande de résidence soit en cours, je m’apprête à quitter mon travail, le Canada et rentrer en France.
    Dommage pour moi que tu n’aies pas encore d’article à propos d’un retour en France ^^.
    Je n’hésiterai pas à recommander ton blog pour de nouveaux expat’
    Bonne continuation !

    • Reply Marine 22 août 2018 at 05:04

      Salut ! Bienvenue ici et merci d’avoir pris le temps de me laisser un message.
      J’espère que tu as trouvé ce que tu cherchais sur Transferwise lol.

      Pas d’articles sur le retour, bien qu’il y est des passages parfois à vide j’ai aucunement envie de revenir en France. Je suis ici depuis un an et demi, et bien dans mon travail. C’est une chose très importante dans ma vie de travailler, et tant que ce point se passe bien j’arrive à surmonter les petits blues. C’est sûr que personne ne sait l’avenir mais je me projette quand même ici pour quelques années.

      Bon retour à toi, bonne chance pour la suite!

  • Reply Maëlle 24 octobre 2018 at 19:58

    Hello ! Je prévois actuellement un PVT en NZ, mais voudrais partir au Canada par la suite… Je viens de tomber sur ton blog, et vais le parcourir en y trouvant (j’espère !) pas mal d’infos qui me serviront. A bientôt !!!

    • Reply Marine 11 novembre 2018 at 22:56

      Salut Maëlle !

      Bienvenue, j’espère que tu trouveras ce qu’il te faut ici ! Bon voyage.

    Leave a Reply