Expat

1 semaine avant le départ !

1 semaine avant le départ ! 7 petits jours !

Je n’aurais jamais pensé qu’écrire ces mots viendrait aussi vite. Le dernier mois a été mouvementé, si tu te rappelles l’article écrit sur les contretemps de dernière minute. Bizarrement je n’ai jamais été aussi détachée de mon départ que ces derniers jours. Comme ci tout cela n’était pas été réel. Un an à me préparer, la création du blog, échanger sur la page mettaient une distance avec l’échéance.

Les habitudes tenaces

Ce sera la 3ème fois que je m’expatrie (j’espère la dernière) et je remarque des similitudes. J’ai toujours autant de mal à réaliser que je pars, c’est souvent lorsque je suis assise dans l’avion prête à décoller que j’ai une prise de conscience. Tout comme j’ai aussi du mal à préparer ma valise, en général c’est la veille du départ pendant la nuit. Je suis assise dans ma chambre avec des piles d’affaires « à prendre impérativement » , « à prendre si il reste de la place » , « à déterminer » … D’ailleurs je sais pas toi, mais la nuit précédent le départ, je suis incapable de dormir ! Je vérifie et re-vérifie 10x que j’ai tous les papiers nécessaires, rien oublié, encore une petite place pour une dernière paire de chaussure.

Dernière ligne droite

Je reviens à l’instant d’un RDV que j’avais pris avec mon conseiller bancaire. Il m’enverra l’attestation de fonds nécessaire par email quelques jours avant mon passage à la douane (oui roadtrip en Islande oblige). J’ai aussi baissé au maximum tous les frais de mon compte, à défaut de changer de banque. Je m’y suis prise trop tard, je voulais passer chez une banque en ligne avant de partir, mais il faut compter une dizaine de jours de traitement. Encore plus pour qu’ils puissent communiquer mon nouveau RIB à toutes les institutions nécessaires.

J’avais aussi RDV avec le chirurgien pour ma consultation post-opératoire, et je suis prête à partir ! C’est un soulagement d’avoir réussi à faire tout ce processus en quelques jours. Je partais pessimiste mais tous les feux sont au vert.

Mon permis international, mes deux valises, mon assurance, mes fonds, ma LI. J’ai TOUT !

J’ai postulé à une dizaine d’offres me correspondant mais je t’avoue n’avoir eu aucune réponse actuellement.

Partir avec un traitement à l’étranger

J’ai pu avoir un an de prescription (pilule et traitement ophalmo) dans une pharmacie super compréhensive, ce que je n’avais pas réussi lors de mes expatriations passées. N’hésite pas donc à demander à différentes pharmacies si elles seraient d’accord de te fournir un an de tes médicaments. Il te faut obligatoirement une ordonnance de ton médecin ou ton spécialiste d’un an et qu’il soit stipulé « départ à l’étranger » dessus.

Tu peux avoir jusque 6 mois de traitement sans frais si tu fais une demande de dérogation auprès de la sécurité sociale. Il te suffit de suivre ce lien. Il y a un petit dossier à faire et à renvoyer. Personnellement, je n’avais pas envie de m’embêter avec cette démarche, car je ne connaissais pas les délais. Du coup, j’ai préféré payer mon traitement… Car oui, si tu veux ton traitement, les pharmacies n’y voient normalement pas d’inconvénients si tu les règles plein pot. J’ai bénéficié de 3 mois de traitement pris en charge (le max que tu peux prendre sans frais avec une ordonnance dont il est mentionné « départ à l’étranger ») sous échange d’une attestation sur l’honneur de départ. En revanche, si ton traitement est coûteux, je te conseille de faire la dérogation auprès de la sécurité sociale. N’oublie pas que les pharmacies peuvent te demander un délai pour commander les médicaments si elles n’ont pas toutes les boites sur place.

Me voilà donc allégée d’un peu plus de 300€ mais je pars avec tout ce dont j’ai besoin. Ce qui me laisse le temps d’anticiper, trouver un ophtalmologue et continuer mon traitement pour la deuxième année.

Les adieux

J’ai déjà fait quelques repas avec de la famille et des proches durant ses dernières semaines. Demain, j’organise LA grande soirée de départ avec mes amis. Le passage obligé pour essayer de dire au revoir à tout le monde et rendre le moment un peu joyeux.

N’ayant pas l’intention de revenir, le sentiment est un peu triste car je ne sais pas quand je reverrais nombreux d’entre eux. On a tous ces potes qui te disent venir te voir, mais dont tu sais qu’ils ne mettront jamais les pieds au Canada.

Et toi comment te sens-tu ? Quelles sont des habitudes avant un départ ?
Arrives-tu assez vite à réaliser ? 

1 semaine avant le départ

You Might Also Like

9 Comments

  • Reply Start' Ystik 21 avril 2017 at 11:33

    Hola, je te suis depuis un petit moment. Articles supers intéressants et en particulier les derniers cr dans mon cas je devrais aussi partir avec un an de traitement médicamenteux. So,merci pour ces conseils.
    Mon départ est encore loin mais je redoute déjà un peu ce moment des adieux ayant tout comme toi le sentiment que ce sont les derniers mois où je verrai certaines personnes.

    Bref, bon courage et profite bien de tes proches.

    • Reply Marine - OffToMontréal 21 avril 2017 at 15:34

      Salut ! Je suis vraiment touchée par ton message. Quand on fait un blog et qu’on écrit on espère tous avoir des retours comme le tien alors merci à toi ! Si mes humbles conseils te sont utiles c’est parfait.

      Pour ton traitement, prends toi à l’avance. Essaie déjà de sonder quelques pharmacies pour voir celles qui seraient ok pour t’aider. Fais la dérogation (2 mois avant) et pars l’esprit tranquille.

  • Reply Our American Dream 21 avril 2017 at 15:29

    Hey Marine, je te sens moins enjouée que d’habitude… j’espère que le moral est là même si c’est clair que c’est pas facile de dire au revoir à ses proches. Surtout quand tu sais que tu ne reviendras plus en France (en tout cas pour y vivre).
    J’espère que tu te remets bien de ton opération. J’ai super hâte que tu nous parles de ton voyage en Islande. Profites en a fond ! 😊

    À très vite !

    • Reply Marine - OffToMontréal 21 avril 2017 at 15:39

      Oui c’est vrai que les évènements récents et l’ambiance générale en France me rend un peu coupable de quitter mes proches et les « laisser » ici. Je suis heureuse de partir mais je me sens un peu égoïste. Après c’est la fin tout s’accélère, j’ai pas l’impression de profiter comme il faut.

      L’opération est déjà du passé tout va bien merci 🙂
      La semaine prochaine mission planification de l’Islande. Trop hâte !!!

  • Reply Steven Robin 21 avril 2017 at 15:49

    Salut. J’ai eu ce petit moment avant le départ où ça ne semblait pas réel. Depuis aussi, y a des moments où j’oublie un peu, maintenant que je suis un peu entrer dans une routine de travailler ici à Montreal, j’ai des moments où je dois me dire « Oh je vis en Amérique du Nord » et je suis tout excité à nouveau. Mais la veille du départ ça devenait bien réel, surtout que vivant assez loin de l’aéroport dont je partais et décollant le matin je passais ma dernière nuit en France à l’hôtel à l’aéroport. Mon père m’a conduit la veille, et on a dîné ensemble, et il n’arrêtait pas de me dire des choses comme « tu peux revenir quand tu veux », ce qui est bon à entendre de ta famille mais répéter plusieurs fois ça met un peu la pression et il était surpris que je me mette à pleurer, bien sur que ça fait peur d’abandonner tout ce que je connaissais. Donc cette dernière nuit à l’hôtel je n’ai pas pu dormir, le stress m’a rendu malade, déjà en temps normal quand je voyage en avion je ne suis pas rassuré (même en étant habituer, je prends l’avion encore dans une semaine pour le Colorado et dans 7 semaines pour la Floride), donc tout ça rendait le départ bien réel, même dans l’avion j’ai pleuré plusieurs fois, pensant à ma famille et à ma meilleure amie. C’était il y a 11 mois et 2 jours, une fois la vie lancé ici c’était « oublié », bien sur le manque est là de temps en temps mais on s’habitue et on profite de la vie ici

    • Reply Marine - OffToMontréal 26 avril 2017 at 19:25

      Merci Steven pour ton témoignage. Très émouvant !

      C’est marrant que tu te souviens de cette journée avant autant de précision alors que c’était il y a presque un an. Il est clair que dormir dans un hôtel pour sa dernière nuit en France déjà loin de ses proches c’est pas tip-top. Ma famille commence aussi à me dire que je peux toujours changer d’avis qu’il n’est pas trop tard, que ma chambre restera pareille, ce genre de choses. Rien ne me ferait faire marche arrière !

      Samedi j’ai fait ma soirée de départ, j’ai VRAIMENT eu un coup de blues en voyant tous mes amis en réalisant que c’était probablement la dernière soirée tous ensemble… Je réaliserais dans l’avion je le sais en versant moi aussi ma petite larme !

      • Reply Steven Robin 26 avril 2017 at 19:39

        Ce n’est pas facile en effet. J’en ai une autre histoire émouvante qui reste détaillée dans ma mémoire, le week end avant de partir (mon avion était le jeudi) je disais au revoir à ma meilleure amie et on n’était pas censé se revoir, et le lundi je vais au centre commercial près de chez moi pour me faire couper les cheveux avant le grand départ (histoire de ne pas m’embêter à trouver ça dès mon arrivée), et j’y trouve ma meilleure amie avec son mari et leurs deux enfants en train de faire leur course, sa première fille est ma filleule et était tout près d’avoir 4 ans, et pendant qu’on discutait elle est partie regarder un écran ou autre dans la galerie du magasin, je leur dit au revoir et je m’en vais et mon téléphone se met à sonner, c’est ma meilleure amie me demandant si je suis loin parce que la petite fait une crise de larmes parce que je ne lui ai pas dit au revoir, du coup je reviens sur mes pas pour les retrouver, et elle court dans mes bras en pleurant, et elle dit « je veux pas que tu partes dans un autre pays » (bien qu’elle n’a sans doute aucune idée de ce qu’est un pays vraiment encore je pense, c’est juste ce qu’on lui avait dit en lui disant qu’on ne se verrait plus beaucoup). Sans doute le plus dur moment avant le départ, d’ailleurs le seul qui me donne encore des larmes en y repensant 🙂

  • Reply Nicolas 23 août 2017 at 12:58

    Super blog, je m’y retrouve, c’est aussi la 3ème fois que je quitte la France! Toujours ce sentiment de ne pas vraiment réaliser que ce sont les derniers moments en famille, entre amis, l’excitation prend le dessus quand il faut faire la valise, avec le sentiment de toujours oublié quelque chose …! Les aurevoirs sont toujours extrêmement compliqué…Personnellement j’essaye de faire ça « vite », mais les plus dures sont ceux à l’aéroport…Dés la sécurité derrière moi, l’excitation reprend le dessus ….Merci en tout cas pour ton blog qui est une mine d’infos et qui permet aussi d’être rassuré!

    • Reply Marine 29 août 2017 at 05:08

      Salut Nicolas,

      Merci pour ton super témoignage et message. C’était la troisième fois pour moi aussi et comme un petit peu moins difficile, je réalisais encore moins que c’était pour de bon, surtout les derniers instants. Tu as raison j’ai également ce sentiment d’excitation qui reprend le dessus une fois l’environnement sous douane passé. Bon départ !

    Leave a Reply