Humeurs

RĂ©flexions de confinement đŸ€Ż

Je suis passĂ©e par Ă©normĂ©ment de sentiments durant ce confinement, et il est pas terminĂ©. J’ai Ă©crit semaine par semaine mes Ă©motions, au dĂ©but pour extĂ©rioriser, sans l’idĂ©e que je posterai un article. Je me sentais tellement mal Ă  des moments que je me disais « Je relirais ça plus tard quand je trouve que rien ne va! » Moi qui me considĂšre forte et capable de gĂ©rer ma sensibilitĂ©, j’ai perdu tous mes repĂšres en un mois. J’aurais bien eu besoin d’un psy… Je ne compte plus les fois oĂč j’ai pleurĂ© et que je me suis parlĂ©e seule Ă  moi-mĂȘme pour essayer de me raisonner. Sans oublier la culpabilitĂ© d’ĂȘtre comme ça alors je suis en santĂ© et dans le confort.


Mi-Mars – retour de Floride. Je suis relax, mĂȘme si j’ai dĂ» Ă©courter mes vacances que j’attendais avec impatience depuis un an. J’ai des articles en retard et je veux refaire entiĂšrement mon site. Ça ne peut pas mieux tomber, je vais m’y consacrer durant les deux prochaines semaines. Parce-que depuis un mois que je suis au chĂŽmage, je n’ai rien foutu. Je fais plusieurs listes pour structurer et visualiser les tĂąches : ranger mes papiers, trier mes vĂȘtements, installer des Ă©tagĂšres, nettoyer mon four, commander des affiches Ă  accrocher chez moi, classer et jeter toutes les boites et gobelets inutiles de ma cuisine, laver et descendre mes habits d’hiver dans mon locker. Bref, un aperçu. Je me dis que je me lĂšverai tous les matins Ă  heure fixe pour avoir un semblant de journĂ©e et ne pas prendre un rythme trop dĂ©gueulasse. Parce qu’avec mon sommeil Ă  rallonge, c’est un rĂ©veil Ă  13h quotidien assurĂ©. Je me promets de faire des sĂ©ances d’exercices (pas de sport non…) pour palier au fait que je ne marcherai plus autant qu’Ă  mon habitude. Je suis pleine de bonne volontĂ©. Spoiler : Ça n’a pas durĂ©.

1La premiĂšre semaine j’ai dĂ©jĂ  presque fait tout ce qui est sur mes listes. J’ai entiĂšrement refait mon infolettre, j’ai Ă©crit 10 articles (que vous dĂ©couvrirez au fur et Ă  mesure, je n’ai pas les photos pour les illustrer), mes vĂȘtements sont triĂ©s, lavĂ©s et rangĂ©s dans mon storage. Je regarde un film par ci, par lĂ . Je cuisine, du sucrĂ©, du salĂ©, Ă  mon niveau bien-sĂ»r. J’arrive mĂȘme Ă  poster quotidiennement du contenu sur Instagram. Je me fais des masques, des gommages, une manucure. C’est vraiment sympa si je fais ça toutes les semaines. J’appelle ma famille, je prends des nouvelle de mes proches et mes potes. « Tu bosses encore toi? », « Tu t’es confinĂ© chez tes parents ou t’es restĂ© Ă  Paris? ». Je passe une journĂ©e entiĂšre Ă  essayer d’appeler l’assurance-emploi. En vain, je tenterai Ă  nouveau demain, j’ai tout le temps pour. Je regarde les confĂ©rences de presse : Justin Trudeau Ă  11h, François Legault Ă  13h et les replays de la France l’aprĂšs-midi.

2 C’est la premiĂšre chose qui commence Ă  ĂȘtre anxiogĂšne, les informations et voir les chiffres s’envoler tous les jours et les dĂ©cĂšs. La situation est plus chaotique en France qu’au QuĂ©bec, ma mĂšre et mon frĂšre continuent de travailler malgrĂ© tout. Jour aprĂšs jour, je stresse un peu plus. Et si ils choppent le virus, ne vont pas bien et que je ne peux pas rentrer? Ça n’arrive pas qu’aux autres, on ne sait jamais… Ou l’inverse. On nous rĂ©pĂšte que les jeunes aussi sont Ă  risque, pas que les aĂźnĂ©s. Et si il m’arrive quelque chose? Je suis toute seule ici, personne ne pourra venir. Si je me sens faible ou quoi, personne ne va m’aider. Je vais crever avec de la tempĂ©rature dans mon lit. Shit, quelle idĂ©e d’ĂȘtre seule ici, Ă  des milliers de kilomĂštres de sa famille et ses amis!

J’arrĂȘte de me tenir au courant des chiffres, j’arrĂȘte les confĂ©rences de presse et les Ă©missions françaises. J’arrĂȘte aussi les mĂ©dias sociaux, j’y vais 1h par jour. Je trouve le concept de plus en plus inutile. J’ai l’impression que les gens se forcent Ă  ĂȘtre corrects, en plus ils sont tous en quarantaine en couple ou en famille, j’ai le seum. Je bois du gin et du vin, plus que la normale. Je n’ai pas la tĂȘte Ă  produire du contenu ou partager mes idĂ©es nĂ©gatives, ni mĂȘme parler aux gens. Je connais les prĂ©cautions d’hygiĂšne, je les applique et je ne sors pas de chez moi, c’est tout ce que j’ai besoin de savoir.

Et l’assurance-emploi qui n’est toujours pas capable de savoir ce qui ne va pas avec mon dossier, aprĂšs 4h d’attente et des centaines d’appels. Je laisse tomber les offres de job ou les candidatures. Je suis inactive depuis un mois et demi maintenant, mais je rĂ©alise que ce n’est sĂ»rement que le dĂ©but, je ne risque pas de retrouver un emploi de si tĂŽt. D’ailleurs est-ce que j’ai encore envie de faire du digital? Ça sert Ă  quoi de connaitre Facebook, Instagram et Google sur le bout des doigts? Je pense Ă  me rĂ©-orienter, j’ai envie de servir Ă  quelque chose, me sentir utile. InfirmiĂšre, professeur, ouvrir un coffeeshop ou une auberge, dĂ©velopper le tourisme MontrĂ©alais. Je commence Ă  faire des listes. Oui je passe ma vie Ă  faire des listes! J’ai fini de rewatch Hart of Dixie que j’aime passionnĂ©ment, ça me rend triste. Je vais me relancer Gilmore Girls, avec 7 saisons et un reboot ça devrait me tenir occupĂ©e.

3 L’extĂ©rieur, la nature, l’air, l’activitĂ© physique me manquent. Je remets en doute mes choix de vivre en ville, dans un condo, Ă  Griffintown. J’ai envie d’habiter un chalet dans une petite ville, avec un chien et un jardin oĂč je ferais mon potager (difficilement mais je tenterai). Ça fait trois semaines, je tourne en rond. Et si c’Ă©tait ma sonnette d’alarme ce confinement? De toute façon, j’ai peu de chances d’acheter un appartement toute seule Ă  MontrĂ©al, c’est trop cher. Je commence Ă  regarder les annonces de maison en rĂ©gion, j’affine mes critĂšres, j’ai des coups de coeur. C’est sĂ»r j’organise des visites et dĂšs la fin de la crise, je pars! Et si je construisais mon chalet plutĂŽt? Je pourrais le façonner Ă  mon image, avoir une baignoire dans ma chambre, une cheminĂ©e, une baie vitrĂ©e sur la nature. Non trop de travail, c’est mieux d’Ă©plucher les annonces. Ou pas… Si! Non… Ça y’est je deviens folle.


Le QuĂ©bec annonce l’annulation de tous les Ă©vĂšnements et festivals jusque fin aoĂ»t. Mes parents devaient venir Ă  la fin de l’Ă©tĂ© plusieurs semaines, on avait prĂ©vu de visiter New York en famille, leur toute premiĂšre fois. J’avais tellement hĂąte d’enfin leur transmettre mon amour inconditionnel pour cette ville. Ça ne fait plus de sens d’ĂȘtre seule ici. C’est bon, je rentre en France. Je ne sais mĂȘme pas pourquoi je ne suis pas rentrĂ©e plus tĂŽt… Mon balcon a une dimension acceptable, il donne sur le Canal Lachine, aucun vis Ă  vis, mais je ne veux pas rester ici « enfermĂ©e » pas tout l’Ă©tĂ©! Je regarde les vols MontrĂ©al-Paris, c’est pas cher, je me dĂ©cide pour dĂ©but Mai. Je reviendrai quand tout ira mieux, fin AoĂ»t ou dĂ©but Septembre. Et en attendant je passerai l’Ă©tĂ© dans une maison avec jardin.

Je vois le sens de mes prioritĂ©s chamboulĂ©, je n’ai pas l’habitude, ça me fait bizarre. J’ai toujours fait passer ma carriĂšre et mes ambitions professionnelles avant tout, ça me parait tellement stupide ces derniers jours. Me faire licencier Ă©tait dĂ©jĂ  une grosse claque, j’Ă©tais complĂštement perdue. Les annĂ©es passent mais je ne me sens pas vraiment heureuse, j’essaie d’identifier ce qui pourrait changer ça. Et hop, de nouvelles listes….

4 VoilĂ , j’ai totalement le rythme que je ne voulais absolument pas prendre. À force d’enchaĂźner les Ă©pisodes de Gilmore Girls depuis une semaine, je me rends compte que le jour se lĂšve quand je m’endors. Je me sens comme une merde… « Hein mais il Ă©tait 00h quand j’ai regardĂ© l’heure… » Tu parles, c’Ă©tait il y a 5 Ă©pisodes! Mais je ne peux pas m’empĂȘcher, c’est mon Ă©chappatoire. La vie a l’air tellement bien Ă  Stars Hollow, ça ne m’Ă©tonne pas que ce soit une de mes sĂ©ries prĂ©fĂ©rĂ©es. Encore une petite ville, ça renforce mon envie de partir.

Je finis les 8 saisons et le revival en quelques jours. Je suis deg, c’est comme si j’avais perdu mes potes. Et la quarantaine continue. Je chiale pour rien, parce que je ne sais pas quelle sĂ©rie va rythmer mes journĂ©es maintenant. D’ailleurs, je n’arrĂȘte pas de pleurer, plus que d’habitude. Je me sens pathĂ©tique en parcourant Netflix dans le vide. Je dĂ©cide de sortir prendre l’air pour la premiĂšre fois en 10 ou 13 jours. Je ne sais plus. Je me pose sur un banc face au Canal, je me dis que c’est le lieu parfait pour se poser sans rĂ©flĂ©chir. Mauvaise idĂ©e, je me suis perdue dans mes pensĂ©es comme jamais. Et si je rentrai en France pour de bon, qu’est-ce que je vais manger ce soir, pourquoi j’ai 30 ans pas d’enfants ni de mec, est-ce que j’ai dĂ©jĂ  vraiment aimĂ© un de mes jobs, c’Ă©tait quand et oĂč mon dernier brunch, quand est-ce que je me suis lavĂ©e les mains la derniĂšre fois? #CaVaBienAller🌈 il paraĂźt…

Je pensais avoir touchĂ© le fond. Mais vendredi de cette 4Ăšme semaine de confinement, je reçois un courriel. C’est le job que j’avais dĂ©crochĂ© avant la crise et pour lequel j’avais refait mon visa. Ils m’offrent Ă  nouveau le poste en tĂ©lĂ©travail dĂšs le dĂ©but de semaine prochaine. Je n’y crois pas, j’avais abandonnĂ© l’idĂ©e. LĂ  voilĂ  ma solution : Reprendre une activitĂ©, occuper mon cerveau et mes journĂ©es. Je n’oublie pas toutes mes rĂ©flexions, mes pensĂ©es et mes rĂ©vĂ©lations. Mais pour le moment, j’ai besoin de ça, besoin de faire une pause de cet Ă©tat devenu bien trop lourd.

5 Quelle diffĂ©rence, le jour et la nuit! Je n’ai pas vu la semaine passer, je dors Ă  des heures raisonnables, je me douche et je m’habille tous les jours, je fais trois repas quotidiens, je ne me pose une seule question sur mon futur. Je retourne sur les mĂ©dias sociaux, je recommence Ă  partager quelques tranches de vie. Je me lance mĂȘme concrĂštement dans un projet qui me trotte dans la tĂȘte depuis des mois. J’ai hĂąte de vous en parler d’ici quelques semaines. J’avoue que si le travail est encore la solution Ă  mes problĂšmes, je suis déçue. Tout ça pour ça!

Jusqu’ici comment se passe ton mois de confinement? Seul(e), Ă  plusieurs, en famille? T’es correct ou au bout du rouleau?

You Might Also Like

19 Comments

  • Reply Maryline 26 avril 2020 at 21:35

    Être confinĂ© seul(e), ce n’est pas Ă©vident tous les jours … Alors Ă  des milliers de kms de ta famille et de tes proches je n’ose pas imaginer ! J’essaie de positiver autant que possible et rĂ©flĂ©chir, comme toi, Ă  ce que ce moment suspendu pourrait m’apporter pour la suite : de quoi j’ai vraiment envie, quelles sont mes prioritĂ©s ? … Bref, je venais de dĂ©marrer sur mon nouveau poste et je dĂ©barque directement en tĂ©lĂ©travail, pas les conditions idĂ©ales mais ça rythme mon quotidien et comme tu le dis, c’est important ! Tout ça pour dire que j’ai apprĂ©ciĂ© la sincĂ©ritĂ© de ton article, que tout n’est pas tout rose (mĂȘme si on est en bonne santĂ©) … et pour finir je suis trĂšs contente pour ton job 😉 je croise les doigts pour la suite ! Bon courage 😊 PS: si jamais tu as de la tempĂ©rature, signales toi sur Instagram, on ne te laissera pas tomber ! MĂȘme Ă  des milliers de kms 😅

    • Reply Marine 1 mai 2020 at 21:52

      Hello Maryline,

      Au dĂ©but moi qui suit casaniĂšre et solitaire, ça me semblait easy et presque cool le confinement. Comme quoi on apprend sur soi-mĂȘme, je ne suis pas si solitaire que ça finalement. Surtout quand on parle de travail, dĂ©buter et trouver ses repĂšres. Mais tu sais de quoi je parle visiblement 🙂 FĂ©licitations en passant d’avoir dĂ©crochĂ© un emploi!

      Je prends note de faire des stories si je me sens pas bien pour demander de l’aide! Merci d’avoir pris le temps d’Ă©crire un commentaire. À bientĂŽt.

  • Reply Caroline 26 avril 2020 at 22:17

    Bravo pour cet article transparent !
    Je te comprends tellement… j’ai Ă©tĂ© mise Ă  pied temporairement il y a un mois et je vis seule Ă©galement, sans savoir quand on va me rappeler… 2 mois, 4 mois, 6 mois ?
    C’est compliquĂ© d’ĂȘtre loin de chez soi, ne plus voir ses amis, ses collĂšgues qui sont finalement notre famille d’adoption.
    Pour ma part, le tĂ©lĂ©phone est loin de combler le manque de mes proches, au contraire …
    C’est gĂ©nial que tu reprennes le travail et que tu es rĂ©ussi Ă  remonter la pente !
    Je te souhaite du courage et surtout de garder le moral ! 😊

    • Reply Marine 1 mai 2020 at 21:57

      Salut Caroline,

      C’Ă©tait trĂšs important d’ĂȘtre transparente, sinon ça n’avait aucun intĂ©rĂȘt Ă  ĂȘtre publiĂ©. J’essaie de tenir cette rigueur Ă  chacun de mes articles.

      J’Ă©tais comme toi, les appels avec les amis et la famille avaient un petit goĂ»t amer. Mais c’Ă©tait quand mĂȘme les moments oĂč je dĂ©crochais de mon Ă©tat morose, donc continues les! Je pense qu’on sous-estime l’importance qu’ils ont rĂ©ellement sur nous.

      Je te souhaite de tout coeur que ton entreprise te rappelle (ce qui devrait pas tarder, le QuĂ©bec se rĂ©veille doucement du confinement). C’est mon travail qui n’a « sauvé » de cette mauvaise passade. Reviens me tenir au courant!

      Merci d’avoir partagĂ© mon ressenti. On est pas tous seuls!

  • Reply Tiphanie 26 avril 2020 at 22:18

    Je ne suis pas confinĂ©s toute seule mais pourtant je comprends beaucoup de tes pensĂ©es. Être loin de sa famille n’est pas Ă©vident , je suis dans la mĂȘme situation , mes parents travaillent aussi et ça m’inquiĂšte beaucoup. Je pense que c’est normal de remettre un peu toute sa vie en question dans cette pĂ©riode et si ça peut t’aider, renseigne toi sur le concept de l’Ikigai, c’est un concept qui t’aide Ă  trouver ta “mission de vie”. Ça paraĂźt peut ĂȘtre trop dit comme ça mais c’est vraiment bon pour se recentrer !
    Bon courage pour le reste de ce confinement !

    • Reply Marine 1 mai 2020 at 22:00

      Hello Tiphanie,

      Je me rends compte avec toutes vos rĂ©actions et retours que j’Ă©tais loin de la rĂ©alitĂ© (Ă  croire que beaucoup vivent leur confinement Ă  plusieurs). Au final, nous sommes beaucoup Ă  passer cette pĂ©riode en solo. Une autre raison pour laquelle cet article rĂ©sonne chez tant de personnes.

      Pour le moment ma famille n’a pas Ă©tĂ© touchĂ© malgrĂ© l’activitĂ© qu’ils ont quotidiennement. J’espĂšre que ce sera pareil pour toi. Et si jamais ça arrive, qu’ils seront traitĂ©s du mieux possible.

      Je vais me renseigner sur ce concept, merci de la suggestion!

  • Reply ClĂ©mentine 26 avril 2020 at 22:18

    J’ai adorĂ© te lire. Tu Ă©cris super bien â˜ș

    • Reply Marine 1 mai 2020 at 22:00

      Merci ClĂ©mentine! Ça fait chaud au coeur.

  • Reply HĂ©lĂšne 26 avril 2020 at 23:49

    J’ai adorĂ© lire ton article et je me suis r et rouvre dans beaucoup de tes Ă©motions… Cette quarantaine est vraiment difficile.. je n’arrĂȘte pas de rĂ©flĂ©chir et de tout remettre en question.. c’est pas Ă©vident ! Merci pour ta transparence.. ça fait du bien de ne pas se sentir seule… FĂ©licitations pour ton nouveau job 😘

    • Reply Marine 1 mai 2020 at 22:05

      Hello HĂ©lĂšne,

      Merci pour de ta lecture, je suis touchĂ©e que mes mots ont rĂ©sonnĂ© en toi. On est plus dans les mĂȘmes Ă©tats qu’on voudrait le croire. J’en suis la premiĂšre Ă©tonnĂ©e, une raison de plus de partager ce qu’on ressent en toute transparence. Ça m’a bien plus aidĂ© de discuter avec les gens que ruminer dans mon coin!

      Bon courage à toi. En espérant que tu puisses reprendre les cours et une vie normale sous peu.

  • Reply Maeva 27 avril 2020 at 14:44

    Merci pour cet article authentique. Moi aussi plusieurs fois j’ai remis en cause le fait de vivre en ville durant le confinement. On verra bien… Ça doit ĂȘtre trĂšs dur de vivre le confinement comme tu le vis et je trouve ça tellement normal que du coup ça soit parfois la tempĂȘte dans ta tĂȘte . Je sais qu’on ne se connait pas sur Instagram tout ça mais je pense qu’il y a de la sincĂ©ritĂ© dans ta communautĂ© et j’espĂšre que tu pourras en retirer un peu de soutien.

    • Reply Marine 1 mai 2020 at 22:09

      Salut Maéva,

      Merci Ă  toi d’avoir pris quelques minutes dans ta journĂ©e pour lire l’article et y rĂ©agir. Tu as trĂšs bien rĂ©sumĂ© ça haha. La tempĂȘte dans ma tĂȘte!

      Je me suis mise Ă  regarder sĂ©rieusement les logements en dehors de la ville. Je pense que je vais mettre de cĂŽtĂ© pour acheter le terrain parfait et y construire mon chalet de rĂȘve! Objectif 2021. Je suis dĂ©jĂ  non-stop sur Pinterest! C’est de l’occupation positive. 🙂

      J’ai une communautĂ© trĂšs intĂ©ressante, Ă  la fois fidĂšle et trĂšs bien-veillante mais aussi trĂšs rapide Ă  juger et donner son avis! Des vrais français. Mais vous avez Ă©tĂ© formidable Ă  la rĂ©action de cet article. Ça m’a beaucoup aidĂ©!

  • Reply Laurette 27 avril 2020 at 14:56

    Ton article fait du bien et permet tellement de se sentir moins seul. On passe par tellement d’Ă©motion et on n’ose pas en parler de peur de dĂ©ranger et surtout que oui il y a sĂ»rement pire comme situation. Moi j’ai de la chance je n’ai pas perdu mon travail et je sais que je ne vais pas le perdre donc j’ai cette garanti car je suis rattachĂ© indirectement Ă  un service essentiel. Mes journĂ©es sont hyper chargĂ©s, je n’ai pas pu avoir la phase je range, je fais pleins de choses. Le week-end je suis fatiguĂ©e de ma semaine et j’ai juste envie de chiller et regarder la tv. Et quand tu vois ce que tous les autres ont fait, je me sens tellement coupable de ne rien faire … Et puis j’ai finalement acceptĂ© l’idĂ©e que je ne ferai pas de grand rangement, ni de pain comme tous le monde. J’ai arrĂȘtĂ© de regarder l’actualitĂ©, le nombre de mort car pour le moral ce n’Ă©tait plus bon.

    Et puis il y a la rĂ©alitĂ©, mon visa expire dans 2 mois, j’ai fais la demande en ligne et j’attends. Je viens de lancer ma RP. Notre projet achat maison a Ă©tĂ© mis sur pause Ă  cause de nos visas temporaire, et si on perds tout, on est bloquĂ© par les visas pour retrouver du travail ? Comment on va faire pour payer les prĂȘts ? Bref on a jouĂ© la sĂ©curitĂ©. Mais il y a toujours plus grave ? Pour autant cela ne veut pas dire qu’on ne peut en parler.

    En tout cas courage à toi et félicitation pour ton nouveau travail

    • Reply Marine 1 mai 2020 at 22:18

      Hello Laurette,

      Contente que mon article te parle. J’espĂšre que tu te sens un peu moins seule dans cette situation pas trĂšs joyeuse.

      J’avais tort de penser qu’on dĂ©range les autres, honnĂȘtement je passe des heures Ă  discuter des mes abonnĂ©s depuis la sortie de l’article. On a tous besoin d’exorciser ces Ă©motions. Mes amis les premiers Ă©taient un peu vexĂ©s que je n’ai rien dit alors qu’on se parle souvent. C’est important! Faut rĂ©ussir Ă  aller au delĂ  pour notre bien (facile Ă  dire je sais mais terriblement vrai!).

      Ne te compare pas aux autres, y’a beaucoup de mise en scĂšne pas que des influenceurs ou blogueurs, de tout le monde! C’est totalement acceptable de rien faire surtout quand tu as toujours une activitĂ©. Moi y’a eu des semaines et voir des mois entiers oĂč j’ai pas nettoyĂ© chez moi car je bossais trop (et on avait pas de confinement). Les derniĂšres jours de confinement aussi c’Ă©tait pas glorieux…

      C’est clair qu’il faut rester safe en ce moment surtout vis-Ă -vis de notre statut d’immigrĂ© c’est une rĂ©alitĂ©, on ne peut pas anticiper ce qui va se passer et les dĂ©lais pour nos papiers. C’est bien d’avoir fait la demande en ligne, tu prends les devants, sache que si les frontiĂšres rĂ©ouvrent tu pourras y aller avec ton numĂ©ro de demande et faire le visa. C’est pas trop ce que les douaniers aiment faire, personne ne conseille, mais c’est une rĂ©alitĂ© cachĂ©e (chutt!).

      Bon courage, te prend pas la tĂȘte avec les tĂąches du quotidien, petit Ă  petit.
      Ton job et ton repos avant!

  • Reply Charlotte 28 avril 2020 at 16:59

    Hola
    Quel plaisir de lire ce dĂ©nouement. Et au final oui le boulot rythme pas mal une vie, mĂȘme en tĂ©lĂ©travail au moins tu as un « but » dans ta journĂ©e alors forcĂ©ment … ça la rend « meilleure » et moins monotone !
    aprĂšs c’est sur qu’une ou deux semaines de « chic » et ‘bingewatching » ça fait pas de mal mais trop c’est trop.
    Je suis dans le mĂȘme cas, sauf que j’avais quittĂ© mon boulot pour me rendre au Canada pour valider mon PVT avec mon copain. Quelle loose.
    Du coup c’est retardĂ© mais je me suis installĂ©e une routine, au moins le matin, pour avoir un « rythme » avec un rĂ©veil vers 9h (quand je peux), tout doucement le matin mĂ©ditation, pdj etc. puis sport avant 12h pendant une bonne heure (alternance entre renfo / yoga / Pilates etc.). puis l’aprĂšs midi c’est pas trop ça… J’essaye d’alimenter un peu mon nouveau blog prĂ©vu pour cette expatriation qui tombe Ă  l’eau.. Pas facile donc 🙁

    En tout cas fĂ©licitations pour ce nouveau boulot, hĂąte d’en savoir plus Ă  ce propos 🙂 et hĂąte aussi d’avoir des nouveaux posts sur ce blog !

    A trùs vite 🙂
    Charlotte

    • Reply Marine 1 mai 2020 at 22:29

      Merci Charlotte pour ton soutien t’es gentille!

      IndĂ©niablement avoir son esprit occupĂ© et avoir des tĂąches obligatoires ça change tout. L’ennui ça fait rĂ©flĂ©chir, trop rĂ©flĂ©chir…

      Vous ĂȘtes plusieurs Ă  avoir partagĂ© vos situations personnelles, et y’en a quand mĂȘme pas mal qui sont arrivĂ©s pour commencer leur PVT dans cette situation qui n’a rien de normal. Certains sont déçus, faut passer outre, ce qui se passe n’est en rien reprĂ©sentatif de la vie Ă  MontrĂ©al. Ce n’est pas tombĂ© Ă  l’eau c’est juste retardĂ© de quelques temps. As-tu encore du loose pour le valider ou t’es proche de la date limite?

      En tout cas t’es courageuse d’avoir une routine de fer comme ça. Je suis admirative!

      • Reply Charlotte 26 septembre 2020 at 22:56

        Hello Marine,
        Je vois seulement aujourd’hui ta rĂ©ponse Ă  mon commentaire.

        Tout s’est Ă©clairci. Nous avons pu passer finalement un bel Ă©tĂ© Ă  la française, profiter de nos proches avant ce fameux dĂ©part.
        Nous sommes arrivés à Montréal il y a 2 semaines (enfin ça fera 2 semaines lundi).
        Du coup, dĂšs lundi, j’irai faire la touriste dans les rues de MontrĂ©al. Enfin pas tout Ă  fait dĂšs lundi, puisque le travail commence (et oui, condition sine qua non pour arriver ici…), alors ça attendra lundi soir 🙂

        En tout cas, j’espĂšre que tu vas mieux, mais je crois que oui 🙂

        A un de ces jours 🙂

  • Reply AndrĂ© 9 mai 2020 at 22:50

    Bien Ă©crit. (Chronique aux temps du Covid-19)
    Content de savoir que tout se replace pour toi.

    Take care.

    Continue d’Ă©crire, tu nous fais redĂ©couvrir le QuĂ©bec autrement, de belles dĂ©couvertes.
    Quoique ça va ĂȘtre limitĂ© c’est temps-ci, j’apprĂ©cie beaucoup tes posts Instagram. Keep on going.

    P.S. j’ai fait une commande chez JĂ©rome Ferrer pour l’encourager (La BoĂźte du Chef). J’ai rĂ©arrangĂ© mon budget voyage, et un bon repas peut ĂȘtre un voyage culinaire, surtout ces temps-ci.

    • Reply Marine 13 mai 2020 at 04:56

      Bonjour André,

      Merci c’est gentil et apprĂ©ciĂ©, toujours mon plus beau compliment quand on me dit que j’Ă©cris bien.
      On espĂšre tous pouvoir repartir explorer le QuĂ©bec. Bravo pour ta belle action, j’espĂšre qu’elle Ă©tait bonne.

    Leave a Reply