Expat

Merci 2017 !

Actuellement passé la douane et la sécurité, assise à la porte A40 de l’aéroport Charles-De-Gaulle, j’attends le début de l’embarquement pour retourner à Montréal. Plus tôt, l’agent d’Air Canada en faisant mon enregistrement m’a demandé « Vous rentrez chez vous ? » Chez moi… C’est vrai c’est de l’autre côté de l’Atlantique chez moi désormais.

2018 tu es déjà là ! Je réalise que cela fait plus de deux ans que j’ai entrepris les démarches pour m’expatrier à Montréal. Et je ne les ai pas vu passer, tout semble si naturel maintenant. C’est une sacrée aventure si je prends du recul, mais une si belle expérience. Je reçois de plus en plus de messages de futurs pvtistes ou futurs résidents empreints de doute avant le grand plongeon. Bien sûr que c’est effrayant, bien sûr que tu passeras par différentes émotions (oui tu penseras comme nous tous que c’est une erreur à un moment donné).

8 mois que j’ai quitté la France, donc je suis loin d’être en position pour une quelconque morale. Je n’ai pas été confronté à beaucoup de difficultés, j’avoue. Certains disent que j’ai une expat de rêve hors de la réalité. Pourquoi ne serait est-ce pas une réalité ? Pourquoi vouloir toujours que les choses se passent mal pour qu’elles soient crédibles ? À ceux qui le répètent trop souvent, je précise que j’ai préparé mon départ pendant presque un an. J’ai récolté toutes les informations disponibles pour n’avoir aucune surprise et surtout j’ai travaillé dur et sans relâche le pied à peine posé sur le territoire canadien. Je crois au facteur chance malgré tout et je pense que j’ai eu de la chance sur quelques points. J’ai eu aussi pas mal de poisse, si tu me connais tu peux confirmer, et ce depuis des années et pas plus tard encore que la semaine dernière !

Rétrospectivement, je ne peux qu’être satisfaite de 2017. J’ai concrétisé mon « rêve », j’ai réussi en un temps record à m’installer aussi bien personnellement que professionnellement. J’ai fait taire les mauvaises langues, enfin je crois, je les écoute plus en tout cas. La vie est trop courte pour être malheureux, si tu ne te sens pas bien à un endroit, explore en un autre. Si tu veux te lancer dans le PVT au Canada, qu’est-ce qui te retient ? C’est à toi seul(e) de te donner les moyens, alors OSE ! Rien n’est figé, si ça ne marche pas rentre et recommence.

J’ai beau avoir habité dans plusieurs villes et différents pays, je ne me suis jamais sentie aussi bien qu’à Montréal. Oui, même si il fait froid l’hiver (ressenti -38C tu m’as bien eue). M’en fous c’est beau la neige ! Être rentrée pendant les fêtes en France n’a fait que confirmer ce sentiment. « Alors t’es contente d’être ici ? » Est-ce que j’ai le droit d’hésiter ? Est-ce légitime après si peu de temps ? Je pense que y’a pas de règles, surtout quand on parle de sentiments. Tiraillée entre la peur de blesser mes parents (qui ont toujours du mal à comprendre et/ou accepter je pense) et la joie d’avoir trouver un chez moi, c’est aussi ça l’expatriation.

J’aimerais que 2018 perpétue ce beau commencement. Tout n’est que surprise à présent que les fondations de cette nouvelle vie sont posées. Ne t’y méprends pas, j’ai toujours des choses à fixer. En particulier : ma peur de parler au téléphone, mon angoisse de m’inscrire dans une salle de sport alors que j’aimerais faire de l’exercice, les règles du football canadien que je n’ai toujours pas assimilé, ma hantise de prendre le bus pour des destinations inconnues et louper un arrêt, ma flemme de faire à manger, mon sommeil bien trop lourd qui gâche la moitié de mes week-ends, ma tendance à repousser le réveil jusque 30min avant mon départ au boulot, mon coté sauvage qui m’empêche de socialiser, ma confiance que j’ai tant de mal à accorder.

BONNE ANNÉE !

You Might Also Like

4 Comments

  • Reply Maryline 8 janvier 2018 at 10:15

    Bonne et heureuse année à toi aussi ! Je te souhaite qu’elle soit aussi riche que la précédente 😉 C’est toujours agréable de lire tes aventures, les miennes ne se seront limitées qu’à quelques mois mais sans regrets : là bas, ce n’était pas chez moi mais plutôt une parenthèse, une belle aventure 😊 Au plaisir de te lire encore cette année !
    Maryline

    • Reply Marine 12 janvier 2018 at 04:36

      Merci Maryline ! Bonne année à toi également.

      On vit tous ce nouveau départ (ou cette parenthèse comme tu dis) différemment. Le tout c’est de trouver là où on se sent le mieux. J’espère que pour toi c’est là où tu es à présent.

  • Reply Laure 8 janvier 2018 at 17:44

    Bonne année à toi aussi. Je suis tombé sur ton blog par hasard en faisant des recherches pour préparer mon expat. Et merci pour tous tes précieux conseils, cela m’aide à bien me préparer et je pense quand on est bien organisé et préparé à tout il n’y a pas de raison que cela se passe mal.
    Perso, depuis que j’ai connu l’expat il y a quelques années, c’est assez bizarre mais je ne me sens plus chez moi en France, j’aime mon pays mais il ne me suffit plus … Je me sens bien uniquement lorsque je me rend en Amérique du Nord. Ce pays est fait pour moi je le sais, je sais que ça va être l’aventure de ma vie et j’ai hâte. Vivement Juin ^^ que je débarque à Montréal. Encore merci à toi et pleins de bonnes choses pour cette nouvelle année.

    PS: ça me rassure je ne suis pas la seule qui repousse son réveil au max avant d’aller au boulot :p

    Laure

    • Reply Marine 12 janvier 2018 at 04:38

      Salut Laure !

      Merci de ta visite et ta lecture. Bienvenue sur le blog. Je suis de celle qui, comme tu as pu le constater, préparer et organise de A à Z un peu tout. Je partage ton ressenti sur la France, et sur l’Amérique du Nord aussi. Souvent critiquée, c’est là que j’aime être. On contrôle pas ces choses là.

      Bon courage pour tes préparatifs et n’hésite pas à revenir par ici au besoin.

    Leave a Reply